« Un manque manifeste de connaissances en matière d’acoustique »

intsite | « Un manque manifeste de connaissances en matière d’acoustique »
  •   23 avr. 2019

Qu’est-ce qu’une bonne solution acoustique ? La plupart du temps, l’acoustique n’est-elle pas ‘bricolée’ ? Les experts rencontrent souvent ce problème, y compris ceux qui ont participé à la table ronde organisée par intsite.be et consacrée à l’acoustique. Ils conviennent que les problèmes peuvent être évités si le concepteur prend en compte l’acoustique dès le début du projet.

Pieter Schevenels (PS-Acoustics) : « Vous n’arrivez à rien en bricolant des solutions acoustiques. Une bonne acoustique, efficace, nécessite une approche intelligente, un bon choix de produit ainsi qu’une mise en œuvre et un placement corrects. » Cette mise en œuvre revêt une grande importance, déclare Filip Verbandt (EVA-International) : « Une mise en œuvre parfaite et complète est nécessaire pour avoir une bonne acoustique et certains ne s’en rendent pas compte. Si l’exécution n’est pas correcte à 100%, la solution acoustique choisie ne produira aucun résultat. »

Dominique Goven (Rockfon) : « Le problème est que l’acoustique est devenue un concept à la mode et que chaque fabricant souhaite surfer sur cette vague. On peut désormais découvrir que telle nouvelle chaise ou tel rideau peut se prévaloir de beaux résultats acoustiques, mais ils n’auront jamais le même effet qu’un plafond acoustique bien conçu. »

Selon Peter Legrand (Interalu), une partie du problème réside surtout dans une perception erronée du coût : « La solution acoustique appropriée est souvent moins chère que la solution finalement choisie et offre pourtant très souvent davantage d’options esthétiques. » Léon Spijkers (OWA) est d’accord : « Cela n’a rien à voir avec l’argent, cet argent est simplement dépensé différemment. Il s’agit de bien comprendre ce qui est important. Mais il y a trop de flou concernant l’offre : vous vous retrouvez face à diverses applications acoustiques, mais permettent-elles toutes d’obtenir le résultat souhaité ? »

Des panneaux acoustiques bon marché

Koen Van Cauwelaert (Asona) assiste souvent à l’apparition de ces solutions ‘bricolées’, notamment dans les habitations et les immeubles de bureau : « Les gens s’efforcent d’abord d’isoler les bruits de contact : ils veulent s’assurer que leur voisin ne les entendra pas. Les questions d’acoustique intérieure, comme la résonnance, sont souvent mises de côté lors de la conception, pour des raisons financières. Plus tard, les ‘ersatz’ apparaissent : il existe sur le marché une large gamme de produits rapidement installés et pas chers. Le client place des panneaux acoustiques bon marché dans son magasin ou son restaurant et pense que son problème sera résolu. »

René Verhaegen (Renobo) partage cet avis : « Nous constatons très souvent que des panneaux acoustiques placés entre des bureaux situés dans des paysagers sont sans effet. La perception est là, mais pas le résultat. Il existe une trop grande quantité de matériel de qualité inférieure, qui est d’ailleurs très souvent mal utilisé. »

La plupart des experts estiment que les réglementations acoustiques devraient être plus strictes. « Pour certains types de bâtiments, il n’existe actuellement aucune réglementation. Cela doit changer », déclare Lionel Jacques (Knauf). Filip Verbandt plaide pour la révision des normes obsolètes. « La norme pour les centres de soins, par exemple, existe depuis 1977. Une norme de plus de 40 ans n’est plus à jour ! ». « Les normes ne sont pas assez strictes, et la réglementation doit aussi être mieux connue », ajoute Pieter Schevenels. Selon Filip Verbandt, les normes doivent non seulement être plus strictes, mais un contrôle accru est également nécessaire. « C’est comme rouler vite sur l’autoroute : si vous ne vous faites pas flasher, il n’y aura pas de sanction. Vous devez suivre les réglementations, et cela ne se produit pas assez à l’heure actuelle. »

Un certificat de performance acoustique

Filip Verbandt pense que les pouvoirs publics peuvent prendre des mesures supplémentaires pour améliorer l’acoustique. « À ce jour, l’acoustique n’est pas une obligation dans les bâtiments. Il n’existe qu’une norme non contraignante, alors que les exigences acoustiques aux Pays-Bas et en France sont définies par la loi. Pourquoi ne crée-t-on pas un certificat de performance acoustique comparable au PEB ? L’acoustique reste trop souvent un problème de luxe, sans aucune obligation ni contrôle. Ce qui mène automatiquement à l’arbitraire. »

Koen Van Cauwelaert conclut : « Nous nous retrouvons toujours avec le même problème : un manque manifeste de connaissances en matière d’acoustique. On accepte difficilement qu’il s’agit d’une matière complexe et difficile. »