Introspection : Tine Loncin

Introspection : Tine Loncin

intsite | Introspection : Tine Loncin
  •   30 mars 2020
  • Anke Henrotte

© Tine Loncin

Pour Tine Loncin, concevoir c'est mettre de côté son ego de designer et écouter ce que veut le client, tout en respectant les espaces, les matériaux, la fonctionnalité, le temps de production et le budget existants. Inspirée par les choses les plus simples, la Bruxelloise imagine depuis des années de beaux projets d'aménagement intérieur. Elle nous accueille aujourd'hui chez elle.

 

Pour cette rubrique Introspection, intsite.be s'invite dans l'atelier d'un(e) architecte d'intérieur, d'un(e) designer ou d'un bureau de design. Aujourd'hui, c'est au tour de Tine Loncin.

Quels sont les projets ou les objets réalisés dont vous êtes la plus fière et pourquoi ?

Je suis très fière de la transformation d'un ancien monastère en bureaux pour la coupole VAD à Schaerbeek. C'est mon dernier projet en date. Concevoir avec une vision n'a rien à voir avec une tendance ou un style. Le concept de cette rénovation a été guidé depuis le début par le bon sens. Je trouve libérateur de construire de manière transparente et honnête. Pour gagner du temps et de l'argent, par exemple, j'ai laissé intactes à certains endroits les anciennes couches de plâtre des murs du monastère et j'ai donc accepté qu'ils ne soient pas aussi lisses qu'une table de billard. Bien sûr, pour cela, vous devez avoir des clients qui acceptent de vous suivre.

Pour quel projet/objet/idée en cours de réalisation ou en préparation avez-vous de grandes attentes ?

J'ai récemment conçu un bureau avec une chaise. J'aimerais beaucoup qu'un fabricant de meubles les commercialise.

Quel projet d’un(e) autre architecte d’intérieur ou designer belge est pour vous une belle réussite ?

Les auvents et les ponts de Laurent Ney m'impressionnent toujours. Ingénieur civil, il conçoit, à travers la géométrie, les mathématiques et la physique du bâtiment, des sculptures qui apportent quelque chose à l'environnement et ne sont pas de simples œuvres d'art attirant l'attention. Les formes des créations de Ney se mêlent au paysage.

Quel(le)s architectes d’intérieur ou designers étrangers sont pour vous source d’inspiration ?

Les architectes japonais de SANAA sont intéressants. Leurs bâtiments dégagent une sorte de légèreté. On y expérimente réellement les conceptions et les espaces. Chez SANAA, l'important n'est pas seulement de ce que vous voyez, mais surtout de ce que la conception vous apporte ou comment vous la percevez.

Avec quels matériaux et/ou techniques préférez-vous travailler ?

Cela dépend du concept, de la fonction et du budget de chaque commande. Je ne me tiens donc pas vraiment à un matériau ou à une technique. L'exécutant du projet joue également un rôle important. J'aime travailler avec des entrepreneurs qui suivent ma ligne de pensée en tant que designer, qui ont le désir d'essayer des choses avec un type de matériau particulier et de prendre un peu de risque. Cela peut être bénéfique pour les deux parties. Par exemple, j'ai déjà conçu une table pliée en deux à partir d'une plaque d'acier standard, sans avoir à ajouter ou à supprimer quoi que ce soit. J'ai cherché pendant des années un spécialiste du métal qui aurait envie de travailler sur cette conception. Un beau jour, je suis allée chez un forgeron avec mon modèle et la conversation s'est très rapidement terminée par un : "Dites, madame, une simple plaque avec quatre pieds en-dessous, ce serait quand même plus simple à réaliser !'' Bien entendu, c'était du bon sens, mais là, cela se heurtait à ma conception. 

Quel(le) jeune architecte d’intérieur ou designer belge vous impressionne le plus actuellement ?

Les architectes d'intérieur DOORZON ont des idées neuves. Prenez leur tabouret, un morceau de tuyau que l'on avait rempli de mousse. DOORZON crée des designs apparemment basiques et simples mais néanmoins très sophistiqués. Je trouve leur travail rafraîchissant et d'une poésie désarmante. Leurs dessins et modèles seuls beaux en eux-mêmes Ils créent des œuvres d'art avant même que le projet ne soit terminé.

Qu'est-ce qui vous fascine dans votre métier de designer ? Encourageriez-vous les enfants à suivre vos traces ?

Parfois, après un premier contact avec un client, je ressens un sentiment euphorique, celui d'avoir vraiment pu lui apporter quelque chose. Parfois, je viens avec un concept que le client n'avait pas du tout à l'esprit. Les gens sont parfois étonnés de ce qu'un architecte d'intérieur peut faire. L'architecte d'intérieur est plus que quelqu'un qui remplit l'espace avec des objets. C'est quelqu'un qui aborde l'espace de manière intrinsèque et structurelle.

Quelle rencontre a été décisive pour votre épanouissement professionnel ?

J'apprends encore tous les jours grâce aux entrepreneurs et aux fabricants. J'adore me promener dans un atelier pour voir comment les choses fonctionnent techniquement, ce que l'on peut faire avec quelles machines et discuter de la façon dont un détail pourrait être exécuté. Beaucoup de choses m'inspirent : un film, une œuvre d'art ou simplement un livre. Cela ne donne pas toujours quelque chose de concret. Cela peut sembler un peu perché, mais si j'assiste à une représentation théâtrale qui me mène à une catharsis, je peux avoir la tête dans les nuages ​​pendant une semaine entière ! Et cela me donne une énorme motivation pour travailler en toute confiance sur une conception.

Vous reconnaissez-vous toujours dans la jeune et ambitieuse étudiante que vous étiez ? La réalité de votre métier est-elle conforme à ce que vous imaginiez ?

Pendant mes études d'architecte d'intérieur, j'avais l'ambition de continuer dans la scénographie. Je me suis également spécialisée dans ce domaine. J'ai ensuite suivi une formation en science du théâtre à la VUB. Cependant, j'ai reçu de plus en plus de commandes de rénovation et je n'ai donc pas cherché à approfondir la scénographie. C'était une évolution très naturelle.

Quel est le tout premier objet design que vous avez acheté ?

Une brosse à dents de Philippe Starck, le premier designer qui a mis le design à la portée de toutes les bourses. 

Quel est actuellement l’objet design le plus important de votre intérieur ? Pourquoi ?

Aucun... Ne dit-on pas que ce sont les cordonniers qui sont les plus mal chaussés?

Admettons que vous n’ayez pas de limites financières… Quel serait selon vous l'objet design ultime que vous installeriez chez vous ?

Je dis depuis très longtemps que je vais concevoir moi-même un canapé, une table de salle à manger, une armoire ou une cuisine. Cela ne s'est toujours pas produit. Je pense qu'en tant qu'architecte d'intérieur, vous devez partir de l'espace. S'il est parfait, un objet design n'y offrira aucune valeur ajoutée.

 

Questions subito presto

Quel métier exerceriez-vous si vous n'étiez pas designer/architecte d’intérieur ? J'écrirais des scénarios pour des courts-métrages.

Quelle formation avez-vous suivie et où ? Architecture d'intérieur à Sint-Lukas (Bruxelles).

Chez qui avez-vous fait un stage ? Je n'ai pas fait de stage.

Quel était le titre de votre travail de fin d’études (et sur quoi portait-il ) ? J'ai oublié le titre exact. Il portait sur le rapport entre objet et contexte.

Votre livre de design ou de déco d’intérieur préféré ? Open-End’ de Marti Guixé.

Un autre livre préféré ? Adolescente, j'ai lu ‘La métamorphose’ de Kafka. Ce récit m'a fortement marquée.

Votre film préféré ? ‘Amores Perros’ d'Alejandro González Iñárritu. Mais en réalité, j'aime tous les films de cinéastes mexicains tels qu'Iñárritu, Del Toro ou Cuarón.

Votre programme ou série télé préféré ? ‘Breaking Bad’ et ‘Better call Saul’. 

Votre style de musique préféré ? Je suis omnivore... J'écoute tous les styles de musique. 

Avez-vous beaucoup de temps libre et comment l’utilisez-vous ? J'ai beaucoup de temps libre. Et, dans 90% des cas, je le passe à... travailler. Même lorsque je regarde la télé ou que je suis dans mon lit, je réfléchis à une conception, à un design. 

Votre ville belge préférée ? Bruxelles. 

Dans quel pays aimeriez-vous être née et avoir grandi ? Dans le pentagone Bruxellois, en bordure d'un paysage désertique du Nouveau-Mexique (États-Unis).

Etes-vous une sportive active ou passive ? Quel sport pratiquez-vous ? Essentiellement passive.

Votre site internet professionnel favori ? Je suis mes architectes et concepteurs préférés sur Instagram.

Un autre site préféré ? Mon app préférée est Spotify.